fbpx
ART & CULTURE

Los alebrijes : les animaux fantastiques

ALEBRIJES

« El alebrije » est une sorte d’artisanat mexicain. Mais pas n’importe lequel ! Celui-ci se distingue grâce à deux éléments majeurs : son côté surréaliste d’une part, et ses couleurs d’autre part.

Que signifie « alebrije » ?

Il existe 2 hypothèses : La première, qui découpe le mot comme suit : « Alegría » = la joie « Bruja » = sorcière « Embrije » = application d’un colorant naturel particulier de couleur rouge.

La 2ème hypothèse » repose sur verbe « alebrarse » qui signifie « se coucher sur le sol et se coller à lui », tout comme un lièvre par exemple qui se sent suivi et veut se cacher, se fondant ainsi avec la nature. Bien que d’un point de vue lexical la racine du mot « alebrarse » semblerait être l’explication la plus logique, la première option est vue par tous comme étant la plus crédible puisque les « alebrijes » sont bien des créatures mystiques, colorées et joyeuses.

Comment sont nés les « alebrijes » ?

Pedro Linares López

Ils connaissent leur début dans la ville de Mexico en 1936 grâce à un jeune cartonnier Pedro Linares López. Il réalisait déjà quelques pièces et figurines en carton pour les peintres Diego Rivera et Frida Kahlo. Il tomba gravement malade et pendant qu’il était dans le coma, il souffrait de délires et hallucinations. En effet, il voyait apparaître des créatures étranges, comme par exemple des ânes dotés d’ailes, des coqs aux cornes de taureaux, etc. Tous ces animaux criaient ensemble « Alebrije, Alebrije ! ».

Dès qu’il fut remis sur pieds, il décida alors de concrétiser ses visions et réalisa ses premiers « alebrijes » en carton. Il eut énormément de succès, fut invité à des expositions en Europe et aux Etats-Unis, et reçu même en 1990 le « Prix National d’Arts et Sciences » dans la catégorie Arts et traditions populaires, prix exceptionnel pour un artisan, remis par le gouvernement mexicain. Il décéda 2 ans après (1906-1992).

Crédits images : Ulf Jenninger

Infos bonus :

Il existe bien entendu des variantes et adaptations dans le pays.

Dans l’État de Oaxaca (sud du pays), les « alebrijes » sont réputés pour être taillés en bois de Copal. Là-bas, on retrouve dans cet art un mélange des traditions et talents des tailleurs de bois de la région, avec les techniques mondialement connues de Pedro Linares.

Vous avez vu le film COCO ?

Observez bien, on y voit des « alebrijes » notamment dans le monde des morts où se rend le petit Miguel, qui ont le rôle de guider et protéger chaque défunt. D’ailleurs le chien Dante devient lui-même un « alebrije » alors qu’il y accompagne Miguel, afin de s’occuper de lui et le sauver lors de son passage.

Partager l'article :

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :