La Toussaint au Mexique: une fête traditionnelle, joyeuse et colorée!

La Toussaint, appelée La Fête des Morts, est une fête très traditionnelle et parmi les plus importantes de l’année au Mexique. En effet, loin de la tristesse de ces dates en France, ses couleurs, croyances et traditions font de cet évènement une fête joyeuse, unique et propre au Mexique.

 

Généralement la Fête des Morts se déroule sur deux jours, à savoir le 1er et le 2 Novembre. Le 1er Novembre, on célèbre l’âme des enfants, et le 2 Novembre, celle des adultes. Cependant dans certains villages et communautés, on commence les festivités dès le 25 octobre jusqu’au 3 Novembre.

Le saviez-vous?

Cette fête est si riche culturellement parlant et magnifique pour ses décorations, qu’elle est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

Photo de : Fer Gomez

Origines de la fêtes des morts

On retrouve les origines de la célébration de la Fête des Morts au Mexique à l’époque  des civilisations méso américaines tels que les Aztèques, Mayas, Purepechas, Nahuas et Totonacas. Cela remonte à environ 3000 ans.

 

A l’époque pré-hispanique, ils avaient pour habitude de conserver les crânes comme des trophées et les montrer pendant les rituels.

 

Un peu avant l’arrivée des espagnols au Mexique, les Aztèques pratiquaient deux fêtes des morts: celle des enfants, et celle des adultes. Celle des enfants se célébrait 20 jours avant celle des adultes, au mois d’août puisque cela correspondait à la fin du cycle agricole du maïs et de la courge, aliments de base de cette civilisation.

On retirait l’écorce du Xocotl (un arbre) et on le décorait de fleurs pendant 20 jours, en lui faisant des offrandes.

Ces festivités étaient dédiées aux proches défunts et étaient célébrées entre le neuvième et le dixième mois du du calendrier solaire mexicain, donc juillet et août. 

 

Peu de temps après la colonisation espagnole, Diego Duran, un missionnaire dominicain et historien espagnol, a remarqué que ces fêtes n’étaient plus célébrées en août mais à la Toussaint : on dédiait des offrandes aux enfants le premier jour, puis aux adultes le deuxième jour, afin de, selon lui, perpétuer les rituels et les croyances indigènes en faisant semblant de respecter les traditions chrétiennes.

Les 5 éléments incontournables de la Fête des Morts:

Des autels préparés:

 

Les autels se composent de plusieurs niveaux, en symbole des différents lieux traversés par l’âme des défunts.

 

On y trouve:

 

– des photos du défunt

– des objets personnels du défunt

– des bougies allumées

– de l’encens

– un crucifix

– du papier coloré et découpé avec des motifs

-des fleurs typiques (cempasúchil, fleur orange ou jaune, couleur représentant la mort au Mexique pré-hispanique)

– de l’alcool

– de la nourriture, par exemple “le pain des morts” (une brioche fourrée, préparée pour cette occasion), des têtes de mors en sucre, des fruits



Des cimetières décorés:

 

De jour comme de nuit, on se retrouve dans les cimetières pendant tout cette période, ouverts 24h/24. On y discute, on y danse, on y mange, on y prie, on y rigole, et surtout, on met des bougies sur les tombes afin d’illuminer pour les âmes, le chemin du retour à la maison.



La Catrina:

 

Au Mexique, on rigole de tout, même de la mort.

Vous le remarquerez rien qu’en regardant la fameuse Catrina, caricature de squelette, réalisée par l’artiste José Guadalupe Posadas.

On retrouve souvent Catrina vêtue telle une dame de haute société avec son chapeau élégant, démontrant que la mort n’a pas de limites; elle est présente partout, et dans toutes les classes sociales.

 

Elle est un symbole fort de la Fête des Morts, et totalement intégrée dans la culture mexicaine.



Le Pain des Morts (“pan de muertos”):

 

Dessert typique préparé pour l’occasion; sorte de brioche ronde, avec des formes sur le dessus représentant des os et saupoudrée de sucre. Nature, ou fourré à la confiture ou à la “cajeta” (caramel traditionnel), un délice.



Les têtes de morts, sucrées et litéraires (“calaveritas”):

 

On ne les trouve pas uniquement sous forme de gourmandises sucrées en forme de crâne, mais aussi sous une forme d’expression. Les “Calavera”, ce sont des sortes de vers formulés sur un ton ironique, afin de donner une touche humoristique au thème de la mort.

Chaque année cette activité devient plus populaire et des concours sont même organisés; on récompense principalement la créativité et l’humour des vers.

Si vous êtes en voyage au Mexique pendant ces dates là, je vous conseille de prendre le temps de découvrir les villages, cimetières, et traditions au plus proche de la population. Nous pouvons l’organiser ensemble pour une journée ou l’inclure dans un circuit. Pour cela cliquez-ici

Crédits images: Chris Newman / Tony Hernandez / Fer Gomez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :